La Russie bloque le projet final du traité de désarmement nucléaire aux Nations Unies

La Russie bloque le projet final du traité de désarmement nucléaire aux Nations Unies

Le traité est révisé tous les cinq ans dans le cadre d’un effort visant à réduire les risques nucléaires et à stopper l’expansion des arsenaux nucléaires dans le monde.

L’ambassadeur de l’ONU, Gustavo Zlavenen, a déclaré que la Russie avait tenté d’apporter des modifications au traité qui auraient “créé le chaos” à ce stade avancé des négociations.

“C’est comme si nous avions fait un film ce mois-ci, mais nous n’avons pas l’image finale”, a déclaré Zlauvenen.

La Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires a déclaré que l’absence d’action ne peut être justifiée à une époque de danger accru.

“Ce résultat est totalement hors de propos et constitue une abdication totale de responsabilité face à une situation mondiale inacceptablement dangereuse”, a déclaré Beatrice Fein, la directrice générale du groupe.

Non seulement les États dotés d’armes nucléaires n’ont pas réussi à faire avancer leurs engagements en matière de désarmement, mais ils ont dépensé plus de 82 milliards de dollars pour entretenir et moderniser leurs arsenaux, alors que les risques d’utiliser des armes nucléaires sont plus élevés que jamais, la Conférence d’examen n’a « pris aucune mesure ». action impardonnable.

Pendant ce temps, les États-Unis et des dizaines d’autres pays ont publié une déclaration commune mettant en garde contre la menace posée par la prise de contrôle par la Russie de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya – la plus grande d’Europe.

La menace d’une catastrophe nucléaire plane depuis des mois depuis que la centrale est tombée sous contrôle russe en mars. Kyiv a accusé à plusieurs reprises les forces russes de stocker des armes lourdes à l’intérieur du complexe et de les utiliser comme couverture pour des attaques, sachant que l’Ukraine ne peut pas riposter sans risquer de toucher l’un des six réacteurs de la centrale.

“Nous condamnons l’ingérence des représentants de la Fédération de Russie dans les opérations de (la centrale électrique) et les efforts déployés pour étendre le contrôle de la Fédération de Russie sur la centrale”, indique le communiqué conjoint.

“Nous exigeons que la Russie retire immédiatement ses forces armées d’Ukraine et remette le contrôle total de (la centrale), ainsi que de toutes les installations nucléaires à l’intérieur des frontières internationalement reconnues de l’Ukraine, aux autorités ukrainiennes compétentes afin d’assurer leurs opérations de sûreté et de sécurité. .”

Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires a été signé pour la première fois en 1968 et est entré en vigueur en 1970. Cent quatre-vingt-dix parties, dont les cinq États dotés d’armes nucléaires, l’ont signé, selon les Nations Unies.

Leave a Reply

Your email address will not be published.